fbpx

Statut des dix dernières nuits du ramadan !

A/ L’importance et la valeur du temps

« Par le Temps ! L’homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. » Coran 103

« Profite de cinq choses avant cinq autres : profite de ta vie avant ta mort, de ta bonne santé avant ta maladie, de ta jeunesse avant ta vieillesse, de ta richesse avant ta pauvreté, et de ton temps libre avant d’être occupé. »

B/ Allah nous informe de la valeur de certaines périodes

Hadith : « Les dix dernières nuits arrivées, le Messager de Dieu serrait le « mi-zar », veillait sa nuit et réveillait sa famille ». (Boukhari et Mouslim)

C/ Pourquoi les dix nuits sont importantes

Le secret du redoublement de l’effort durant les dix dernières nuits du Ramadan réside dans deux points :

Premièrement : ces nuits marquent la fin de ce mois béni, or, l’acceptation des œuvres dépend des dernières œuvres accomplies. C’est pour cette raison qu’Abou Bakr, que Dieu l’agrée, avait l’habitude d’implorer Dieu en ces termes : « Seigneur Dieu ! Fais en sorte que le meilleur moment de ma vie soit sa fin, que la meilleure de mes actions soit les dernières, et que le meilleur de mes jours soit le jour de Ta rencontre ». En plus, il est fort probable que le Musulman ait été coupable de manquement au début du Ramadan ou à sa moitié, les dix derniers jours se présentent alors comme une occasion pour se rattraper.

Al-Hassan Al-Basri dit : « Une vie dont la première partie a été ratée mérite de voir sa fin réformée ».

Deuxièmement : ces nuits contiennent la nuit bénie du destin que Dieu a préférée aux autres nuits de l’année. Ainsi, le perspicace est celui qui redoublera d’effort durant ces nuits afin de coïncider avec la nuit du destin pour voir ses péchés pardonnés. En effet, le Prophète dit : « Quiconque veille la nuit du destin par conviction de foi, en espérant la récompense Divine, verra ses péchés antérieurs pardonnés ». (Boukhari et Mouslim).

Le terme « nuit » désigne ici une partie de la nuit comme l’évoque son éminence cheikh Mohamed Taher Ben ‘Ashour dans son « tafsir ». Il se justifie en se référant au propos du célèbre tabi’i Sa’id Ibn Al-Mousayyab disant que : « Quiconque assiste à la prière du ‘icha la nuit du destin aura pris sa part de cette nuit ». Par ailleurs, le Coran a mis en évidence le mérite de cette nuit étant donné que Dieu a révélé à son sujet une sourate entière « Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’al-qadr